On nous pose souvent la question du pourquoi ! Non mais vraiment, pourquoi partir ? Pourquoi 1 an ? Pourquoi en vélo ? Bon il y a aussi la question du comment… C’est vrai ça ! Comment… on a fait pour ne pas partir avant ! ;)

Aller, on vous explique LE DÉCLIC ou comment un métier peut nous emmener bien plus loin que ce que l'on pensait ;)

On va aussi vous parler du PÉRIPLE en lui-même… oui parce que ce n’est pas « juste » une gentille petite promenade du dimanche en famille. Alors tout ça, et bien ça demande de l’organisation. Je vous vois perplexe, vous vous demandez comment on se prépare pour un tel voyage ? Il nous faut un planning, du matériel, un itinéraire etc… On vous parle TECHNIQUE aussi sur notre blog voyage, ce n’est pas que du blabla philosophique ou un journal… pas si intime que vous retrouverez dans nos CAHIERS DE BORD ;)

On ne part pas un an, sur les routes de France en vélo quand on est une grande famille sans se préparer un minimum. Ici on vous dévoile les backstages ou comment on se prépare pour un tel départ! vous retrouverez donc notre planning, la liste de notre materiel avec les essais, la carte, tout l'administratif etc...

La Technique

Nous en avons des choses à vous raconter en commençant par le début: comment ce projet est né. Nous vous parlerons aussi du projet dans le temps. comment il évolu, ce que nous avions prévu au dépard, ce que nous cherchions en se lançant dans cette avnture et ce qu'il en est en réalité...

Le Projet

Comme son nom l'indique nous vous proposons ici, de rentrer un peu dans l'univers de chacun. Stépahne, Léane, miguel et moi même vous présenterons notre vision du projet.

Carnets de Bord

Je suis sacrément inspirée ce matin ! Il est 7h17, je me suis levée à 5h30, et ai déjà eu le temps d’écrire un article sur notre 1ère nuit dans notre grande caravane

Mais comme c’est indiqué dans le titre : cette nuit… ou plutôt ce matin, j’ai retrouvé la vue.

C’est en écrivant l’article sur cette nuit que je me suis « éveillée ».

Je savais déjà que mes trop nombreuses attentes (envers tout le monde d’ailleurs) me « bouffais » un peu… non, en fait CARREMENT, la vie ! Je le savais mais je n’arrivais pas à m’en défaire ! J’avais pourtant du monde autour de moi pour m’aider à lâcher prise : petite pensée à l’équipe… une vraie famille.

J’en ai lu des livres sur le développement perso ! Et sur bien des sujets ça m’a beaucoup aidé ! Et je commençais à prendre un peu de recul, à profiter de l’instant… parfois même j’arrivais à lâcher prise ! Pour moi c’est comme le graal ! Saint graal lâcher prise ! Dur, dur !

Et puis… une nuit, cette nuit…

Au réveil, avouons-le, je n’étais pas forcement de bonne humeur : je voyais les « soucis » de notre caravane… et j’étais inquiète. J’ai allaité le tout petit, il était chaud et s’est rendormis aussi sec après avoir plutôt bien manger (depuis un mois c’est un peu compliqué). Et puis je me suis levée, laissant le reste de la famille finir leur nuit. Je suis remonté à la maison, et j’ai direct commencé à écrire : je ne voulais pas prendre encore plus de retard…

Et là… BIM ou Euréka !

D’un coup d’un seul, pendant que je réfléchissais à comment vous parler de notre nuit, j’ai vu Oscar dormir paisiblement, Marcus se blottir contre un papa heureux. J’ai aussi vu Stef en train de travailler sur la caravane. S’appliquer, réfléchir à des solutions, se motiver… pour en faire un coin sympa et pratique. J’ai encore vu Léane, miguel, Marcus et Oscar tous les 4 bien sages à l’hôpital pendant toooooooooutes ces longues… très longues heures. Sages et complimentés parce que, dixit le personnel de l’hôpital « ils ont été supers sage, ce sont de chouettes enfants ».

Et puis, surtout je me suis vu, moi !

  • Moi entrain de râler contre le personnel hospitalier parce que c’était long et que « pauvre petit » ce n’était pas cool pour lui… Alors qu’il était bien tranquille et ne demandait rien à personne.
  • Râler aussi parce que la caravane n’est pas comme je l’avais imaginé… moi qui serais incapable de faire la moitié de ce qu’a fait Stéphane !
  • Râler encore, contre les grands parce qu’ils ne sont pas assez grands, parce qu’ils sont trop… enfin vous voyez quoi…Râler parce que finalement je suis une râleuse tout simplement, alors qu’ils s’occupe bien de leurs petits frères, qu’ils sont objectivementplutôt sage et bien sympathiques.

Après une nuit à cogiter, à me tourner et retourner parce que j’ai mal au dos sur un si petit tapis de sol, à me prendre des gouttes de condensation, à être ennuyé par les 3-4 voitures qui sont passées dans « NOTRE » rue ; je réalise finalement que j’ai passé une jolie nuit auprès de ceux que j’aime et que c’est bien ça le plus important dans l’histoire.

Je suis en générale pleine « d’attentes ». Je m’explique : je me fais dans un ma tête un film de ce qui « devrait » être. C’est-à-dire que j’imagine et espère certaines choses…

Si tout ne se passe pas comme je voudrais ---> je suis déçue ! Donc : pas d’attentes particulière = pas de déception ! CQFD !

Cette nuit, m’a donc redonné la vue, je regarde les « choses » d’un autre œil. A partir d’aujourd’hui je vais travailler à voir les choses comme elles sont vraiment sans le filtre de mes trop nombreuses exigences.

Je me sens libéréééééééééééééééééééééé délivréééééééééééééééééééééé

Aloha ! Aujourd’hui nous sommes le 21 février. Le départ approche ! Non mais vraiment, quoi ! Ça fait peur ! Nous ne sommes pas encore prêts.

Cette nuit nous avons passé notre toute 1ère nuit dans nos caravanes. Les 2 ados avaient déjà testé, Miguel ne dors plus que dans sa caravane depuis 1 semaine déjà ! Comme quoi il y est plutôt bien ;)

Pour en revenir sur cette nuit…

             Partie I) A chaud…

Cette nuit, donc, je n’ai cessé de cogiter. Vous avez en tête la chanson de Gaston Ouvrard ? Mais si…je ne suis pas bien portant. Cette nuit donc c’était un peu ça dans ma tête. Je me faisais une litanie de tous nos soucis, tous ce qui était encore à faire, tout ce que nous allions rencontrer comme difficultés sur notre chemin.

Ça donnait à peu près ça : Le timon est cassé, on sent l’air passer, le tapis de sol n’est pas confortable, et où on va ranger nos affaires ? La condensation, c'est un problème etc, etc...                                                                                                                                                                                                                                                                                           Et puis là… à l’instant en écrivant, je me rends compte que finalement, j’aurais aussi pu voir les choses d’une autre manière…

Partie II) l’art de l’optimisme et de la gratitude

Ok la caravane a quelques défauts ! Ok il y a quelques « problèmes » de joints ! Ok Nous avons un « problème » de condensation ! Oui… tout n’est pas exactement comme je l’espérais. Mais et si, finalement, le vrai souci ce n’était que mon point de vue ?

Depuis quelque temps nous avons commencé (ou plutôt, nous expérimentons) le unschooling. Le principe est simple : ne pas avoir d’attentes sur les apprentissages de nos enfants ! Ce principe… mais c’est bien sûr !!!! Eurêka comme dirait l’autre (oui je sais « l’autre » il se prénomme Archimède), ce principe donc, peut… non IL DOIT fonctionner pour tout !

Je réalise alors, que bien souvent si je suis déçue… ce n’est pas à cause de « l’objet de ma déception » mais de mes attentes !

Alors en vrai, elle était comment la nuit ?

Le petiot, qui a tellement de mal à dormir à la maison, et qui a toujours les petites mains et les petits pieds froids… et bien cette nuit il a dormi comme le bébé qu’il est, et était tout chaud comme une caille.

Le grand petiot, lui aussi à des nuits un peu compliquées en ce moment. Et bien là, il s’est endormi sans trop de difficultés et au réveil (à 5h30 quand même), il est venu faire un câlin en rampant de son lit au notre :D Je précise : a MON réveil… parce que là il redort comme un bien heureux.

Les 2 grands sont contents, eux, qui ont pendant bien des mois, attendu le redoux pour pouvoir refaire du camping… Même si Migou a eu un souci technique au moment du couché, et que Léane a eu un peu froid au milieu de la nuit, c’était une bonne expérience !

Cette 1ère nuit en mode bivouac, a été une belle nuit où en plus, quel bonheur, j’ai retrouvé la vue !

Alhoa chers amis

Il fait froid, il fait « souffle court » mais nom d’un petit bonhomme il fait surtout BONHEUR.

Aujourd’hui nous avons pris les vélos et sommes allé du coté Maël-Carhaix pour une sympathique promenade de santé… et l’occasion pour le fiston (Miguel) de travailler, en plus de faire les cuisses, les mollets et le cœur, des mathématiques, et « repérage » sur carte.

C’est un peu compliqué pour la « peureuse » que je suis de prendre mon gros engin et allé sur la route avec toutes ces voitures… non mais sérieux ! C’est quoi cette histoire ? Des voitures sur la route…